« Les Îles Féroé, une galaxie aux décors surréalistes… »

Nous voilà de retour des Îles Féroé, un des endroits les plus mystérieux du monde. Un archipel perdu au beau milieu de l’océan Atlantique Nord, entre l’Écosse, l’Islande et la Norvège. Cette destination qui nous faisait rêver depuis longtemps, a clairement été à la hauteur de nos espérances. Malgré quelques déceptions que je vous dévoile dans cet article, nous ne regrettons absolument pas d’être venus nous paumer ici, dans des paysages démesurément époustouflants. Nos esprits vibraient de plaisir et laissaient derrière nous des souvenirs impérissables. Dans ce premier article, je me concentre sur un guide pratique pour mieux appréhender cette île et éviter toutes déceptions au moment venu. Un mélange de conseils et d’astuces pour mettre toutes les chances de votre côté et réussir ce séjour Féroïen.

CE QU’IL FAUT SAVOIR

  • Les Îles Féroé (ou Føroyar en féroïen) sont autonomes depuis 1948 mais restent dépendantes du Danemark. Elles ont refusé de faire partie de l’Union européenne.
  • Connues plus souvent dans le monde du football, ces îles n’attirent pas forcément les touristes à cause de sa situation géographique éloignée, son climat incertain, son budget onéreux et ses déboires freinant de nombreux voyageurs.
  • C’est une destination parfaite pour les amoureux de randonnées : la nature est encore quasiment vierge, on y croise plus de moutons que d’humains.
  • Les moutons ont d’ailleurs toujours fait partie du paysage. L’élevage de ces grosses boules de poil a été l’activité principale jusqu’au XIXe siècle. Et oui, Føroyar signifie l’île aux moutons en féroïen .
  • Cet archipel est composé de 18 îles principales où l’on compte environ 48 000 habitants.
  • C’est une île très mystérieuse car son histoire est incertaine. Nous ne savons pas vraiment qui a mis le premier pied sur ces îles ténébreuses. Ce que nous savons, c’est que l’île a été colonisée par les Vikings au début du Xème siècle.
  • La langue officielle est le Féroïen, mais il parle couramment le Danois et l’Anglais.
  • Les habitants sont très accueillants, souriants et ont toujours un mot gentil. Ils nous sont souvent venus en aide sans forcément que nous les sollicitions. Ils sont aussi chaleureux que les moutons, et ça, ça fait un bien fou.
  • La capitale est Tórshavn, elle se situe sur l’île Streymoy. C’est la ville la plus vivante de l’archipel.
  • À l’aéroport, vous aurez toutes les entreprises de location de voiture, ce qui sera très pratique à votre arrivée. Pour rejoindre la capitale Torshavn ou les autres villes, il existe des navettes pour 20 euros par personne, mais aussi un bus qui relie la capitale et les communes de l’île Vagar sans changement.
  • Deux monnaies sont utilisées sur les îles, la couronne Féroïenne pour les billets et la couronne danoise pour les pièces. En parlant de monnaie, gardez toujours un peu de couronne danoise sur vous, cela peut vous être utile.
  • Vous aurez des frais bancaires pour les paiements par carte bleue et les retraits, notamment pour les simples cartes visa comme nous. C’est donc plus avantageux de retirer, plutôt que de tout payer par carte.
  • Il y a une heure de décalage horaire par rapport à la France.

FAUT IL BOYCOTTER LES ILES FÉROÉ ?

Nous connaissons tous plus ou moins, les Îles Féroé pour ses images chocs concernant la « chasse aux cétacés ». Ces photographies où l’océan est en sang défilent sans cesse sur la toile et nous donnent envie de boycotter la destination. Ce « massacre » est une fête ancestrale appelée le Grindadráp qui date de 1709. Je n’ai pas envie de lancer le débat du siècle, mais pour ma part, ce n’est pas une raison qui me pousse à mettre ce pays de côté. Si nous devions nous en tenir à tous ces événements dramatiques, nous ne voyagerons plus. Je n’ouvrirais d’ailleurs même plus la fenêtre de chez moi, car nul besoin de voyager loin pour voir des animaux maltraités ou tués. Que ce soit l’Espagne, le Japon ou même, chez nous en France, chacun de nous traîne des casseroles abjectes depuis bien trop longtemps. J’ai pu lire de nombreux articles sur ce sujet, ainsi que des discussions sur des groupes environnementaux qui m’ont aidé à voir les Îles Féroé autrement. Une île possède tout d’abord, une vie complètement différente de la notre, et surtout une culture bien spécifique. Cet archipel a tout à fait le droit de se faire blâmer, tout comme la France pour ses abattoirs et sa surconsommation. Par exemple, les Îles féroé refusent d’importer du bétail, du bœuf et du poulet qui serait produit en dehors de leur pays. Ils déplorent et contestent nos systèmes d’élevage en masse et trouvent nos conditions bien pire que les leurs. Ce n’est pas la bonne idée de se lancer la balle sur qui pollue plus que l’autre, mais je me trouve très mal placée pour me permettre de juger leur manière de vivre. Notre propre surconsommation engendre la pollution de notre environnement et conduit à la destruction de presque toutes les espèces sauvages au monde.

Alors, attention ce n’est pas parce que je pars aux Îles Féroé que je cautionne ce genre de pratiques, je ne cautionne AUCUNE PRATIQUE qui mène à maltraiter les animaux et les humains. 

COMMENT SE RENDRE AUX ILES FÉROÉ ?

Il existe deux manières différentes de rejoindre les Îles Féroé :

  • En avion. Les vols à destination des îles Féroé sont principalement assurés par la compagnie Atlantic Airways. Le seul inconvénient depuis la France, c’est qu’il est très compliqué de trouver des vols directs (ce qui peut probablement changer dans les années à venir). La meilleure solution pour ma part, est de rejoindre la ville de Copenhague qui propose des trajets très réguliers. Il y a également des vols qui partent d’Édimbourg (d’avril à décembre) et même depuis l’Islande, mais la capitale du Danemark reste pour moi, l’option la plus facile et la moins coûteuse.
  • En ferry. Et oui les kikis, il est possible de rejoindre les Iles Féroé en prenant le ferry depuis le Danemark ou l’Islande avec la compagnie Smyril Line. Avec cette option-là, vous avez même la possibilité d’emporter avec vous votre véhicule. Mais, les prix sont quand même assez élevés et coûtent généralement plus cher qu’un vol en avion, et c’est surtout plus long. Par exemple, un passager sans voiture en partant du Danemark, paiera plus de 200 euros l’aller/retour pour 38 heures de traversée.

 SE DÉPLACER SUR L’ÎLE

  • En voiture : si vous choisissez la voiture comme moyen de transport, sachez tout d’abord que le budget est très onéreux. Il faut compter minimum 830 euros pour 7 jours, sans oublier des coûts additionnels comme les tunnels et les différents ferrys. En ce qui concerne l’essence, c’est approximativement le même prix qu’en France. Soyez bien au clair, louer une voiture est un sacré budget. C’est d’ailleurs pour ces différentes raisons, que nous avons choisi de faire ce séjour en bus et en auto-stop.
  • Si vous venez avec votre propre voiture, les tunnels sont payants et doivent se régler à la station service la plus proche. Attention, vos plaques peuvent être flashées. Pour les voitures de locations, un coût supplémentaire sera à ajouter.
  • En bus : le bus n’est pas le meilleur moyen pour visiter l’île, mais il reste le moins cher. Il existe des Pass voyageurs dont un de 7 jours pour 90 euros par adulte (il en existe aussi pour les enfants). Le pass comprend tous les ferrys (sauf Mykines) et tous les trajets de bus illimité. Ce qui n’est pas négligeable.
  • En Ferry : certaines îles se rejoignent via un ferry. Ils sont payants sauf pour ceux qui auront un pass voyageurs bus et ferrys.
  • En hélicoptère : il est possible de s’offrir un vol en hélicoptère pour des tarifs moins exorbitants qu’en France ! Pour une fois qu’une activité vaut le coup, je vous conseille de tenter l’aventure. Réservez vos places à l’avance, car elles sont limitées! Retrouvez toutes les informations sur le site Atlantic Airways.
  • En Stop : oui l’auto-stop marche très bien, mais il est possible d’attendre parfois quelques heures avant de croiser une voiture selon l’endroit où vous vous trouverez. Heureusement, les gens sont chaleureux et l’auto-stop devient un plaisir !

7 CHOSES A SAVOIR SI VOUS VOYAGEZ EN BUS AUX ILES FÉROÉ….

  1. Vous n’aurez pas autant de liberté qu’avec une voiture. La semaine, les lignes sont assez nombreuses, mais les week-ends et jours fériés, elles sont restreintes. Vous serez contraints à respecter des horaires.
  2. Il est important de toujours demander au chauffeur de bus s’il revient après et si c’est le bon endroit pour l’attendre surtout dans les régions les plus reculées.
  3. Pour un road-trip en bus, je vous conseille de partir pendant la période juillet/août, car les bus sont plus « actifs ». Certaines lignes sont fermées hors saison.
  4. Les Pass voyageurs se paient directement au chauffeur de bus. Pour toutes informations supplémentaires, rendez-vous sur le site SSL.FO.
  5. Si vous souhaitez regarder un coucher ou un lever de soleil à un endroit précis, vous ne pourrez pas, car les bus ne sont pas aussi matinaux ou tardifs que vous.
  6. Certains lieux d’intérêts, comme par exemple Saksun, ne sont pas desservis par les bus. Pour connaître les différents itinéraires, dirigez-vous sur le site internet SSL.FO.
  7. L’astuce à retenir : nous avons pris le bus pendant 6 jours, puis ensuite loué une voiture le dernier jour pour faire les points les plus éloignés. Une solution plutôt intéressante qui mérite réflexion !

NOTRE BUDGET POUR LES ILES FÉROÉ

Les Îles Féroé est la destination d’Europe qui nous aura coûtés le plus cher. Comme tout séjour en Europe du Nord, le budget reste très élevé, ce n’était pas une surprise, nous le savions. Voici un récapitulatif de nos dépenses pour que vous puissiez vous donner une idée des divers frais. Je n’ai volontairement pas compté la partie nourriture, car nous avons très peu mangé au restaurant et nous avons tous une manière différente de voyager.

  • Billets d’avion : nous avons pris un trajet Barcelone/Copenhague à 216 euros pour deux personnes aller/retour. Ensuite, le trajet Copenhague/Îles Féroé nous a coûté 359 euros pour deux, aller/retour. Ce qui fait un total de : 575 euros pour deux.
  • Logements : pour 6 nuits, notre budget s’élève à 570 euros pour deux personnes. Tous les logements comprenaient une salle de bain et une cuisine commune. Je vous laisse imaginer le prix des locations comme un appartement ou une chambre avec salle de bain privative…
  • Déplacements : les cartes de bus/ferry nous ont coûté 186 euros pour deux personnes pour 7 jours. Nous avons également loué une voiture sur notre dernière journée pour 153 euros avec assurance comprise. Un budget qui s’élève à 339 euros pour deux. Vous pouvez multiplier le budget déplacements si bien sur vous louez une voiture.
  • Activités : nous n’avons fait aucune activité. Le seul supplément est le ferry pour l’île Mykines et son droit de randonner sur les sentiers, ce qui équivaut à la somme de 45 euros pour deux personnes.

Le budget total s’élève à 1 529 euros pour deux personnes, soit 764,5 euros par personne tout compris sans la partie nourriture.

QUAND PARTIR AUX ILES FÉROÉ ?

La période la plus agréable pour visiter les îles Féroé, est de juin à septembre. Mais, pour moi, il n’existe pas vraiment de bonnes ou de mauvaises saisons. Le temps est tellement changeant que vous pouvez partir en Juin, et avoir malgré tout de la pluie tous les jours. Néanmoins, pour avoir toutes les chances de son côté, il vaut mieux partir en période estivale. Ce qui est plutôt chouette d’ailleurs, car le soleil se couche aux alentours de 23 heures et se lève vers les coups de 3 heures du matin. Dans toute cette marge, il est forcément plus facile d’avoir du soleil, n’est-ce-pas ?

LES 9 CHOSES À SAVOIR SUR LA MÉTÉO IMPRÉVISIBLE DES ILES FÉROÉ

  1. Ne jamais se fier à la météo. Si la chaîne météo vous annonce du soleil, il ne faut jamais la croire.
  2. Les Féroé comptent en moyenne 260 jours de pluie par an.
  3. Le temps change comme de slips. Il peut pleuvoir et faire soleil en 5 minutes montre en main.
  4. Le climat est de type océanique, les températures moyennes varient entre 3 et 10 °C toute l’année.
  5. Il faut impérativement troquer le maillot de bain pour des vêtements imperméables.
  6. Les coupes-vent sont également indispensables, ça souffle parfois très fort.
  7. Emportez impérativement dans vos valises, toute l’artillerie lourde. Bonnet, écharpes, gants, pulls chauds. Sur les ferrys, ça peut cailler sévère !
  8. Le brouillard est souvent de la partie et les arcs-en-ciel aussi ! Vive les licornes !
  9. Si les montagnes sont dans le brouillard, ça ne sert à rien de monter au sommet. Il vaut mieux changer de programme. Ce qui est très difficile à faire en bus.

OÙ SE LOGER ?

Tous les hébergements que nous avons pris durant ce séjour, comportent une cuisine et une salle de bains commune. Il est important de réserver les logements en avance pour avoir droit aux meilleures offres. Il n’y a pas de miracles ! Voici nos différents logements :

  • Nous avons dormi les deux premières nuits sur l’Île Vágar (où se trouve l’aéroport) dans un appartement à Miðvágur, trouvé sur Booking.com. Notre hôte était adorable et aux petits soins tout le long du séjour. Le petit déjeuner n’est pas compris. Prix : 187 €
  • 2 nuits à Leirvik, un petit village qui se situe sur l’île Esturoy avec Booking.com. Une chambre super cosy et un accueil chaleureux avec le petit déjeuner compris. Prix : 230 €
  • Le séjour se finit à la capitale Torshavn, 2 nuits dans un B&B trouvé sur Airbnb. Le petit déjeuner est très copieux. Prix : 153 €

Un total de 570 euros pour deux personnes. Soit, 280 € par personne.

  • Bon à savoir : Le camping sauvage est interdit. Il existe quelques campings qui se battent en duel sur l’île, mais certains ne sont pas très recommandés. Vous pouvez retrouver la liste des campings sur le site de l’office de tourisme The Faroe Islands.

NIVEAU GASTRONOMIE

  • La cuisine est assez diversifiée, il y a du poisson, de la viande (surtout de l’agneau) et les plats sont très souvent accompagnés de petites pommes de terre. Le poisson reste ce qui se mange le plus, notamment le saumon et le cabillaud.
  • La peau de cabillaud séché est une de leur spécialité !
  • Attention ! Les supermarchés et restaurants sont souvent fermés (surtout les weekend et les jours fériés). Heureusement les stations services sont ouvertes et disposent d’une supérette qui dépanne bien. Vous constaterez surtout ce problème, si vous partez en dehors de la période Juillet/Août.
  • Les plats au restaurant restent assez chers. Le rapport qualité/prix n’est pas jojo. Le plus simple et le moins décevant reste de se faire vos repas vous-même.

COMBIEN DE JOURS POUR VISITER LES ÎLES ?

Nous sommes partis au total 7 jours et nous n’avons pas eu le temps de tout faire. Il est donc obligatoire de faire des choix, surtout si vous aimez la randonnée. Malgré tout, je trouve que pour une première découverte de l’île, une période de 7 jours, c’est déjà top ! Chaque île nécessite un minimum d’organisation, certaines se rejoignent en ferry à des heures précises qu’il vous faudra respecter. Nous avons décidé d’arrêter nos choix sur les îles de Vagar, Kalsoy, Valdoy, Streymoy, Esturoy et Mykines. Je vous en parlerais dans un futur article qui concernera tout notre itinéraire.

LES RANDONNÉES PAYANTES

Certaines randonnées sont payantes. J’en ai déjà parlé sur les réseaux sociaux et je le répète ici : je trouve ça aberrant. Je ne rechigne pas à payer des parcs nationaux, des droits d’entrée pour que des lieux soient protégés et mis en valeur, bien au contraire. Mais la manière dont s’est fait aux Îles Féroé, m’énerve au plus haut point. Parfois, un homme vous attend au début de la randonnée pour vous demander une somme qui change selon la tête du client. D’autres fois, ça sera une boîte aux lettres ou l’on vous demande de laisser l’équivalent de 25 euros par personne. Et on vous oblige même sur certaines randonnées, à prendre un guide (environ 60 euros par personne). Si vous êtes pris en « flagrant délit » sur le sentier, il vous faudra payer une amende aux autorités locales. Je ne veux même pas savoir à combien ça s’élèverait. Si vous n’avez pas de cash, ne vous croyez pas sortis d’affaire, un numéro de compte bancaire est affiché sur un papier où vous pourrez gentiment faire un virement. Difficile pour moi, de faire un virement ou de donner de l’argent quand je ne sais pas dans quelle poche ça tombe. Qui me dit que ce n’est pas le dernier randonneur qui a laissé son numéro de compte ? Bref, j’ai plutôt l’impression de me faire enfler plutôt que protéger l’environnement. Ses méthodes ne sont vraiment pas nettes. Si vraiment, les habitants veulent protéger l’environnement, il existe d’autres manières de procéder, bien plus légales. Nous avons donc décidé de rebrousser chemin devant ces sentiers, sauf un où nous avons malgré tout tenter de frauder, une des seules où il n’y avait pas d’amendes à la clef. C’est au petit bonheur la chance comme on dit.

Je profite de ce petit coup de gueule pour vous faire passer un message. Aux Féroé, des randonnées spectaculaires, il y en a des milliers ! Les sentiers gratuits et les spots insolites, il y en a partout, sans avoir besoin d’y laisser un rein. Alors, je vous en supplie, laissez ces spots instagrammables au placard et tentez d’innover un peu. C’est parfois bien plus plaisant de trouver son propre spot unique au monde plutôt que celui qui aura coûté 25 euros que tout le monde aura vu, n’est-ce-pas ?

  • Bon à savoir : à l’époque où les tunnels n’existaient pas encore, les habitants empruntaient certains de ses sentiers pour rejoindre les villes. Ce qui est chouette, pendant ces randonnées, c’est qu’on remonte des années en arrière en s’imaginant nous aussi à leur place. Je peux vous dire qu’il devait avoir les mollets en béton armé ! Depuis, de nombreuses infrastructures ont révolutionné les déplacements.

QUELQUES LIENS UTILES

  • Le Blog d’Amandine, la Lykorne Illettrée a publié un joli article qui dévoile son itinéraire et ses plus belles découvertes avec la talentueuse Itinéra Magica.
  • Mel Loves Travels a voyagé à deux reprises dans cette incroyable nature et nous dévoile toutes ses plus belles découvertes ! Elle serait même capable d’y retourner une troisième fois !
  • Pour retrouvez tous les prestataires de location de voitures aux Îles Féroé, direction le site de l’office de tourisme the Faroe Islands.
  • Avant de partir, n’hésitez pas à vous procurer la magnifique carte International Photographer. Un guide génial qui vous permet de ratisser l’île sans rien oublier sur votre passage ! Merci à JoliesLueurs pour ce joli cadeau.

LES MOTS DE LA FIN

J’espère que cet article vous aidera à mieux appréhender les Iles Féroé, cet archipel imprévisible où les moutons sont rois. Tous les fans de nature et de grands espaces ne pourront qu’être charmés par ses reliefs et ses panoramas puissants. Une destination sauvage encore préservée du tourisme de masse qui renferme une quantité de merveilles. Un paradis perdu qui gardent de beaux secrets et un silence extraordinaire qu’il ne faut pas bousculer… Il faut les découvrir à pattes de velours comme ce joli chat qui traînait dans les rues de Torshavn …

Share: