« La ville n’est pas une simple agglomération d’hommes et d’équipements, c’est un état d’esprit… » Robert Park

Première étape de cette épopée canadienne, Vancouver. J’avais tellement hâte de découvrir cette ville! J’étais émue et excitée de mettre enfin un pied sur le sol Canadien. Comme une enfant qui reçoit des bonbons à Halloween, la même tête. Malgré la météo qui a fait des siennes, Vancouver a été à la hauteur de mon enthousiasme. Elle ne m’a pas déçue. Il faut dire qu’elle a un caractère bien trempé et une force tranquille qui ne peut pas nous laisser de marbre. Ses hauts buildings nous donne parfois l’impression qu’elle est froide et rigide, mais derrière cette carapace, il y a du pétillant, de la douceur et une pointe d’originalité. Elle n’est pas stressante ni oppressante comme certaines grandes métropoles. Et c’est ça que j’ai aimé, ce côté paisible, où il fait bon vivre. Mais attention, je ne suis toujours pas prête à quitter mon village de vignerons pour autant. Malgré que je ne sois pas une grande amoureuse des villes, Vancouver reste incontournable à mes yeux. Elle m’a laissé de très beaux souvenirs et je me fais un plaisir aujourd’hui de vous les partager à travers mes plus belles découvertes. Alors c’est parti, équipez vous d’un parapluie et partons visiter Vancouver, la ville mythique de la Colombie Britannique.

BON À SAVOIR

  • Vancouver se situe donc en Colombie Britannique. Elle est connue pour être une des cinq meilleures villes pour sa qualité de vie.
  • Ici c’est un vrai melting-pot. Il y a énormément d’étrangers dont une grande communauté asiatique. Un peu plus de 50% des habitants ont une langue maternelle autre que l’Anglais.
  • C’est une ville très prisé par le monde du cinéma. De nombreux films et séries ont été tournés ici comme par exemple les premières saisons de X-Files, quelques chapitres de Twilight ou même Once upon a time. Et bien d’autres encore…
  • Pour rejoindre le centre ville depuis l’aéroport de Vancouver, il suffit de prendre la Canada Line. Comptez environ 25 minutes pour rejoindre le centre. Cette ligne de métro dessert les stations les plus connues et permet d’accéder à la ligne de bus 99 B-Line. Ce bus vous sera très utile car il traverse une grande partie de la ville et vous dépose dans tous les endroits stratégiques. Nous avons privilégié ce moyen de transport car les chauffeurs de bus sont adorables et très serviables. Ils adorent les français et surtout les françaises haha :p Ils nous offraient même parfois le ticket. Optez pour cette option car c’est bien plus chaleureux que le métro.
  • Vancouver est une très belle ville mais elle n’est pas épargné par la pauvreté. Nous sommes tombés dans des quartiers assez sombres où les parcs étaient remplis de tentes, de caddies & de visages blessés par la vie. Nous avons pu constater que cette ville n’est pas que souriante et colorée comme je le dis si bien elle a aussi une facette très triste. Mais ne nous leurrons pas, toutes les grandes métropoles du monde sont malheureusement touchés par ce fléau. Vancouver ne fait pas l’impasse.
  • C’est la ville idéale pour débuter un road-trip dans l’Ouest Canadien. Vous pouvez retrouver tout mon itinéraire dans mon précédent article 16 jours dans l’Ouest Canadien et les Usa.

MES INCONTOURNABLES

Le quartier Street-art Mount Pleasant

Pour cette partie là, je remercie Marjorie du blog Liliestravel qui m’a filé de très bons conseils. Je n’ai pas arpenté tous les quartiers Street-art du monde, loin de là, mais je peux vous dire qu’à l’heure actuelle, il fait parti des plus beaux que j’ai eu la chance de voir. Les œuvres sont vraiment grandioses et nous en mettent plein la vue. Chaque fresque, chaque détail colore ce monde et nous donne une vision de la vie différente, plus belle parfois. Ici, tout devient artistique, les murs, les places de parking, les poteaux, on dégaine l’appareil photo plus vite que notre ombre.

« Il y a dans tout les arts un je ne sais quoi, qu’il est difficile d’attraper… » Voltaire

Où trouver le Street-art à Vancouver?

Pour rejoindre le quartier Mount Pleasant, il faut descendre à l’arrêt de Métro Mainstreet/Science-World. Une fois sorti, continuez sur Mainstreet en direction du Mc.Donald. Récupérez ensuite sur votre droite, la Québec Street (la rue parallèle à Mainstreet). C’est à cheval entre ces deux rues que vont commencer les claques visuelles. Le seul conseil que je peux vous filer maintenant est de fouiner un peu partout et ne pas hésiter à se perdre dans les diverses ruelles. Chacune d’entre elles possèdent des trésors et c’est excitant de les dénicher.

  • Pour plus de Street-art, direction le blog de LiliesTravel. Marjorie a écrit trois jolis articles à ce sujet qui je suis sûre vous inspireront.
  • Vous pouvez retrouver tous les lieux précis sur la Map Vancouver Mural. Elle est régulièrement mise à jour. Vous allez voir, y a de quoi faire!

Le Stanley Park

Quand la ville et la nature ne font qu’un…

Le parc Stanley est le troisième plus grand parc urbain d’Amérique du Nord. Je rêvais de l’arpenter et c’est maintenant chose faite. Il est immense et nous offre une multitude de paysages différents. Entourés par le lac Vancouver Harbour et la baie de Burrand, on a l’impression d’être sur une île perdue au milieu de nulle part. Et quel bonheur de trouver ce genre d’endroit en plein milieu d’une grande ville. Au total, nous avons parcouru 9,6 kilomètres en suivant un itinéraire qui passe par les plus jolis spots. Et encore nous n’avons pas tout fait !

Le sentier que nous avons décidé d’arpenter peut se faire en vélo, en roller ou à pied. On a commencé par la Sea wall et sa vue imprenable sur Vancouver en continuant vers le phare Brockton et les fameux totems incontournables. Puis comme le soleil commençait à montrer le bout de son nez, on ne s’est pas arrêté là. On a aussi rajouter le Siwash rock très photogénique avec la Third beach, le spot incontournable pour matter le coucher de soleil. On clôture ce tour par le Lost Lagoon et ses beaux reflets. Un lieu tellement paisible qu’on y passerait volontiers la journée. Puis tel un mirage, nous tombons nez à nez avec un canapé. Oui, un canapé posé en plein milieu du parc comme si c’était absolument normal. Il est un peu caché mais je vous laisse le plaisir de le trouver et vous m’en direz des nouvelles 😴 Ça sent la sieste catalane …

Allez à Vancouver sans faire le Stanley Park, c’est comme manger un fondant au chocolat sans le coulant tant attendu. Je pense que ça équivaut au même genre de déception! Donc en résumé, on ne va pas à Vancouver sans faire le Stanley Park ! C’est compris?

Le quartier Gastown

Gastown n’est pas seulement un des plus anciens quartiers de la ville, il est aussi le quartier « Hipster ». Ses briques rouges et ses nombreux barbiers confirment qu’on ne nous a pas menti sur la marchandise. Il possède un côté ultra photogénique mais aussi une des plus grandes curiosités de la ville, la fameuse horloge à vapeur « Steam Clock ». Elle a été construite par le canadien Raymond L. Saunders en 1977. Elle n’est pas aussi vieille qu’elle en a l’air la coquine. Il décida ensuite de réaliser d’autres modèles dont une que l’on peut retrouver sur l’île japonaise d’Hokkaido ( allez, va falloir que je programme encore une nouveau voyage ). Mais ne nous éparpillons pas et restons à nos fumées. La vapeur produite par cette horloge provient du système souterrain de chauffage urbain. Elle pousse des sifflements tous les quarts d’heure, il ne faut donc pas rater ce petit spectacle.

  • La Steam Clock se trouve à l’angle de Cambie et de Water Street.

Nous continuons à découvrir les autres pépites de ce quartier en flânant dans ses petites ruelles. Tantôt colorées, tantôt originales, je leur trouve un charme indéniable. On y déniche des bonnes adresses, des petits cafés adorables et du Street-art caché un peu partout. Ici tout à sa beauté.

  • Non loin du quartier Gastown, en partant en direction du Downtown, nous tombons sur la Cathédrale du Saint-Rosaire ( Holy Rosary Cathedral ). Elle est splendide.

S’empiffrer à Granville Island

Granville Island est un petit quartier de Vancouver qui se trouve sur l’île False Creek. Si on se déplace jusqu’ici c’est surtout pour voir son marché incontournable « Public Market ». C’est ici qu’on vient s’empiffrer de spécialités venues des 4 coins du monde. De nombreux stands divers et variés offrent un moment ultra chaleureux et convivial. Nous avons aussi profiter de ce moment pour faire quelques emplettes pour mijoter de bons petits plats dans notre Camping-car Airbnb. Mais à Granville Island, il n’y a pas seulement de quoi manger, on peut aussi y faire du bateau, chasser le Street-art, dégoter des petites boutiques originales & apprécier une jolie vue sur Vancouver. Ce lieu est plein de ressources.

QUE FAIRE À VANCOUVER QUAND IL PLEUT BERGÈRE ?

À Vancouver, tout le monde s’en fout qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige. Les gens sortent et ne restent pas enfermer dans un plaid. Eux, ils voient les choses différemment et c’est appréciable en voyage 🙂 Donc on ne râle pas, on s’achète un parapluie et on arpente la ville en faisant quelques pauses dans des endroits abrités 🙂

  • S’amuser au World Science, le musée de la Science. Un musée interactif qui fait passer un chouette moment. Par beau temps, si tu as de la chance tu peux faire du canoë juste à côté. Il y aussi à deux pas du musée, le fameux Trans Am Totem. Des voitures empilées sur un tronc d’arbre qui forment un totem. Une jolie oeuvre d’art.
  • Découvrir les Galeries d’Art. Vancouver est une ville remplie de galeries d’art. Il y en a pour tous les goûts et à tous les coins de rues. Certaines sont gratuites d’autres payantes, vous pouvez toutes les retrouver sur le site Bristish Columbia Travel. La plus connue est la Vancouver Art Gallery. L’entrée coûte 16 euros par personne.
  • Se rendre au Robson Square ( juste en face de la Vancouver Art Gallery ). C’est une zone souterraine couverte qui sert de patinoire en hiver et qui accueille d’autres événements le reste de l’année. Par exemple, en Octobre, c’était une piste de roller où l’on pouvait se déhancher au rythme de la musique et laisser libre court à notre imagination.
  • Flânez avec son parapluie sur la Robson Street. Restaurants, boutiques, cafés… y a de quoi faire.

PS: Vous pouvez aussi faire tout ça par beau temps bien sur.

CE QU’ON A PAS PU FAIRE ( Et que j’aurais aimé faire ) 😢

Voilà quelques idées supplémentaires si vous avez droit à une météo plus clémente:

  • Le parc Lynn Canyon & son fameux pont suspendu. Celui-ci est gratuit comparé au Capilano qui coûte un bras. La forte pluie de premier jour nous a empêché d’explorer ce coin. Mais comme je retournerais un jour dans l’Ouest Canadien, je me fais pas de soucis pour ça haha. Mélanie vous parle de ces deux parcs sur son blog si vous voulez plus d’informations à ce sujet.
  • La vue sur la ville depuis le Vancouver Lookout. Bah forcément vu qu’il a fait gris et brumeux, c’était loupé pour nous.
  • La plage de Kitsilano. Là aussi le temps ne se prêtait pas à ce genre d’expériences. Pas de séance de bronzage.
  • Mattez un match de Hockey sur glace. Pour cela, il faut tomber un jour de match et s’y prendre assez tôt pour éviter de payer le prix fort. Par exemple, 3 mois avant, il est possible d’avoir des places à 48 dollars canadien par personne. Ce qui équivaut à 32 euros. Le site Ticketmaster pourra vous aider dans vos recherches.

Logement insolite & pas cher à Vancouver

Pour ce petit séjour à Vancouver, nous avons logé dans un camping-car qui se situe dans le quartier Burnaby. L’environnement est plutôt calme et c’est appréciable vu l’agitation que l’on trouve au cœur de la ville. Au départ, nous avions trouvé un logement dans le centre, et après mure réflexion, je ne regrette pas d’avoir dormi dans un lieu plus excentré. J’en ai fait les frais à Seattle, dormir en pleine ville, ça n’a pas que des avantages. Bref, ce logement nous a coûté 283 euros les 3 nuits. Ce qui fait 30 euros la nuit par personne. Le bus 99B-Line vous permet de rejoindre le centre en 40 minutes sans changement.

Le camping-car dispose de tout le nécessaire pour cuisiner, du chauffage, de l’eau chaude ( 8-10 minutes par jour ) & la Wifi. L’essentiel est là! Notre hôte Diana était en plus adorable et toujours prête à nous aider dans nos galères. Retrouvez plus d’informations et de photos sur le site Airbnb.

LES MOTS DE LA FIN

Je sais que Vancouver ne fait pas l’unanimité mais personnellement je l’ai beaucoup apprécié et nous avons gardés de très beaux souvenirs de cette ville. Peut-être que mon avis positif fera pencher la balance? Quoi qu’il en soit, cet article me colle à la peau. Je suis quelqu’un de très positive et je trouve qu’il est important de parler des bons côtés de chaque ville sans pour autant fermer les yeux sur les mauvais. Certains n’ont pas eu le coup de foudre attendu, d’autres ont été très déçu mais heureusement certains d’entre vous ont eu la petite étincelle au point de s’y installer, mais comme on dit si bien, il faut de tout pour faire un monde. Et il faut des sourires pour le rendre meilleur. Après ces quelques mots, je ne peux que vous souhaitez d’y aller un jour pour vous faire votre propre avis sur la question. Si vous y êtes déjà allés, n’hésitez pas à partager votre ressenti dans les commentaires, ça me ferait très plaisir d’échanger avec vous :). Dans le prochain épisode, on change de thème. Direction les paysages incroyables de l’Ouest Canadien. Un article qui s’annonce riche en couleurs mais avant va falloir préparer vos doudounes et vos plaids car croyez moi il va faire un froid de canard 🦆

Share: